L’axe cerveau intestin, inflammation et microbiome, une clé dans les douleurs réfractaires ?

Mar 20, 2020

09:00

Salle Guillaumet 2

30min

“Le microbiome intestinal module le développement et l’homéostasie du système nerveux central par des mécanismes immunitaires, circulatoires et neuronaux.
La composition du microbiome intestinal contribue à diverses maladies inflammatoires via la régulation de l’immunité innée, notamment via la signalisation NF-KB. L’axe intestin-cerveau est activement exploré.
Le microbiome gastro-intestinal joue un rôle important dans les réponses comportementales aux opioïdes, y compris le développement de la tolérance. Les interactions neuro-immunes induites par la morphine entraînent des conséquences fonctionnelles intestinales directes.
Meng et al. (2013) ont démontré que la morphine perturbe la fonction de la barrière intestinale via des toll-like récepteurs de façon dose dépendante
Le microbiome a un impact sur les propriétés et la fonction de la microglie impliquée dans la sensibilisation à la douleur. Le nerf vague (VN) participe activement aux interactions bidirectionnelles entre le microbiome intestinale et le cerveau pour maintenir l’homéostasie. Electro-acupuncture du VN favorise l’expression et la localisation des protéines de jonction, diminuant la perméabilité intestinale et protégeant la barrière épithéliale intestinale.
L’administration de pré / probiotiques pour modifier la fonction du VN pourrait être une stratégie prometteuse pour le traitement des troubles du système nerveux central et neuroinflammation observes dans les situations de chronicite refractaires aux traitements

Nous rapportons une stratégie intégrant low dose naltrexone, pre/ probiotiques, une adaptation nutritionnelle s’adressant à l’inflammation, le microbiome et le foie, et neuro-acupuncture chez 10 patients avec douleurs chroniques réfractaires : fibromyalgie, sclérose en plaques, maladie neurodégénérative, Mici, endométriose, douleur postopératoire neuropathique et syndrome de stress post-traumatique.
L intensité de la douleur, la qualité du sommeil, Qol, sont significativement améliorées, les doses analgésiques et l’association des médicaments réduites et les effets secondaires atténués
Le progrès rapide dans la compréhension de l’interaction microbiote  homeostasie redéfinit la pharmacocinétique du métabolisme des médicaments en réponse à la question actuelle des opioïdes .”

  • Agnes MAZIC DE SONIS

    chirec delta hospital, pain clinic pole neuroscience , MD pain médecine ,fonction algologie, Belgium

  • CONFERENCE EN FRANCAIS

Copyright 2019 MY WAY EVENT. All rights reserved