Prévalence et efficacité ressentie par les patients de l’utilisation des médecines complémentaires et intégratives dans la prise en charge de la douleur chez les patients atteints de cancer. A partir de 535 questionnaires recueillis à Strasbourg.

Mar 19, 2020

15:00

Auditorium

30MIN

“Introduction :
En 2005, nous avons effectué à Strasbourg, la première enquête française de prévalence d’utilisation des médecines complémentaires et intégratives (MCI) en oncologie indiquant 28 % d’utilisateurs. Qu’en est-il douze ans plus tard ? Qu’en est-il pour la douleur ?

Méthode :
Etude descriptive réalisée d’avril à juin 2017 par un questionnaire, remis en main propre à des patients en cours de traitement dans quatre centres anti cancéreux de Strasbourg. Extraction et analyse des résultats pour le sous-groupe des patients douloureux.

Résultats :
Sur les 535 patients inclus, 46.9 % sont utilisateurs de MCI (progression de 67.5% en 12 ans). Les principales MCI utilisées sont l’homéopathie (65.6%), la kinésithérapie (33.1%), les vitamines (24.9%), l’acupuncture (16 %), techniques de relaxation (12.8%), la phytothérapie (12%), les mesures diététiques (11.6%). Leur utilisation est significativement associée au sexe féminin, à un âge jeune et au niveau d’étude élevé. L’oncologue est tenu au courant dans 75% des cas de leur utilisation. L’activité physique adapté n’a pas été évaluée.
La douleur est signalée par 34% des malades, soit en 9ème position sur 19 symptômes possibles, à égalité avec les nausées. Elle ne représente la plainte principale que de 8% de l’ensemble des patients. L’utilisation des MCI a permis une amélioration de la douleur chez 88% des utilisateurs, faisant d’elle, le deuxième symptôme amélioré par les MCI, juste derrière la fatigue.

Conclusion : rarement isolé, le symptôme douleur est moins fréquent qu’attendu et très largement devancé par celui de la fatigue. Les MCI contribuent à son amélioration. Fin 2019, nous avons ouvert un service d’hospitalisation de jour de soins intégratifs afin de permettre aux personnes hospitalisées de poursuivre les MCI de leur choix sous le contrôle d’un médecin coordonnateur. Nous présenterons nos premiers résultats concernant la prise en charge de la douleur.”

  • Jean-Lionel BAGOT

    Bagot Jean-Lionel, Groupe Hospitalier Saint Vincent Strasbourg, Département de médecine intégrative, Médecin coordonnateur, France

  • CONFERENCE EN FRANCAIS

Copyright 2019 MY WAY EVENT. All rights reserved